lundi 5 juillet 2010

(...) les yeux ouverts dans le noir, livrée à une souffrance que tu ne parviens pas à surmonter.

" Faisant dévier mes chemins
il m'a déchiré
et il a fait de moi une horreur...








(...) et alors que ces mots ancrent en toi ce qu'ils disent, ce n'est pas à lui que tu songes,
mais à ce mauvais destin qui sans que tu t'en sois rendu compte, t'a poussée sur ce chemin dont tu pressens qu'il ne peut conduire qu'à la mort.
Déchirée, oui. À jamais fissurée. À jamais exclue de la vie. À jamais embourbée dans une souffrance qui a pourri jusqu'à la pulpe de ton âme. "

Lambeaux, Charles Juliet.

3 commentaires:

Thers-no-reason a dit…

Tu m'as donner envie de faire un blog. Le tiens est tellement MA-GNI-F-QUE Mais.. Je saurais tellement pas Quoi dire, que Bof !

Célia M. a dit…

merci, cela me fait tellement plaisir! :)
bonne continuation pour ton blog!

Célia M. a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.