lundi 5 avril 2010

Je vis, je meurs : je me brûle et me noie.















" Tout s'est figé dans l'immobilité, pendant une fraction de seconde: le temps, la vie, les rêves, le désir, la nostalgie. L'eternité doit ressembler à cet état d'ataraxie béate. On peut l'imaginer, en tout cas. "

J.Semprun

1 commentaire:

rossovelvet a dit…

Atlanta, Abbey, Daria... toutes mes icônes en un post, j'adore !

Même si le mot ataraxie réveille des mauvais souvenirs de cours ;D