mercredi 7 avril 2010

xx





" Sensible... s'acharner à être sensible, infiniment sensible, infiniment réceptif. Toujours en état d'osmose. Arriver à n'avoir plus besoin de regarder pour voir. Discerner le murmure des mémoires, le murmure de l'herbe, le murmure des gonds, le murmure des morts. Il s'agit de devenir silencieux pour que le silence nous livre ses mélodies, douleur pour que les douleurs se glissent jusqu'à nous, attente pour que l'attente fasse enfin jouer ses ressorts. Écrire, c'est savoir dérober des secrets qu'il faut encore savoir transformer en diamants. Piste longuement l'expression qui mord et ramène-là de très loin, s'il le faut. "
Léon-Paul Fargue

2 commentaires:

rossovelvet a dit…

Quel magnifique ode au murmure....
passer sur ton blog est devenu un de mes moments préférés !

rossovelvet a dit…

*quelle pardon xD